a

Lorem ipsum dolor amet, modus intellegebat duo dolorum graecis

Follow Us
  /  La pédagogie

La pédagogie Montessori

La méthode MONTESSORI est basée sur le respect du rythme de l’enfant afin de favoriser la confiance en soi, l’autonomie et l’initiative.

Tout est pensé aussi bien dans l’environnement que dans l’attitude de l’éducateur pour que l’enfant ne soit pas interrompu dans sa concentration et qu’il soit autonome dans ses activités, selon le sens véritable de la pédagogie.

                             Les maîtres mots sont : « Aide-moi à faire seul »

Maria Montessori considère que l’enfant est une personne à part entière, avec des besoins spécifiques et une vie psychique dès la naissance.

L’enfant porte en lui les germes de son propre développement et possède un esprit absorbant qui lui permet de s’adapter à son environnement.

Son intelligence se construit par l’exploration des sens et par le travail de la main.

Maria Montessori a observé que le jeune enfant passe par une succession de périodes au cours desquelles il développe une sensibilité particulière. Pendant ces périodes, l’enfant montre un intérêt irrésistible pour un sujet particulier et développe, avec une grande facilité et un grand enthousiasme, certaines aptitudes.

Entre 0 et 6 ans l’enfant est dans la période sensible du langage, de l’ordre, des petits objets et du développement sensoriel. Dans le domaine scolaire il s’agit de la lecture, des nombres, de l’écriture…

L’enfant traverse ainsi plusieurs périodes sensibles qui se suivent ou se chevauchent. Pendant ces périodes les facultés d’apprentissage sont décuplées, l’enfant travaille sans se fatiguer ni se lasser.

Tous les enfants traversent les mêmes périodes sensibles mais à un rythme et à un moment différent.

Le matériel

Le matériel utilisé ne sert pas à « enseigner » ni à inculquer un apprentissage, il sert plutôt à assister l’enfant dans son œuvre intérieure d’autocréation et de développement mental.

Nous donnons à l’enfant la possibilité d’apprendre à choisir ses activités afin de mettre en place l’éducation de la volonté. Il ne s’agit pas de « faire ce que l’on veut », mais de « vouloir ce que l’on fait ».
Il favorise l’apprentissage en captant l’attention de l’enfant et en développant sa concentration.

C’est en le manipulant que l’enfant développera sa coordination, qu’il apprendra à porter attention aux détails et qu’il développera de bonnes habitudes de travail.

Le contrôle de l’erreur : Le matériel permet l’autocorrection, l’enfant se rend compte de l’erreur par lui-même, sans l’intervention de l’adulte. Cela donne naissance à une grande motivation, au plaisir d’apprendre et évite la frustration, la colère et la peur de l’échec pour développer une autodiscipline et une confiance en soi nécessaires à une évolution saine.

L’espace vie pratique :

Par le biais d’activités concernant le soin de l’environnement mais aussi le soin de la personne (apprendre à s’habiller seul, à mettre ses chaussures…), l’enfant devient plus autonome et va acquérir la maîtrise du geste au travers des activités proposées.

Ces manipulations dans le jeu renforcent les muscles et la coordination des gestes, ce qui prépare indirectement l’enfant à la dextérité nécessaire à l’écriture.

L’espace vie sensorielle est constitué de plusieurs séries d’activités faisant appel aux sens et travaillant des concepts tels que la couleur, la forme, la dimension, le son, le degré de rugosité, le poids, la température…

Il met en œuvre tous les canaux d’apprentissage de l’enfant (auditif, kinesthésique, visuel et parfois même le goût et l’odorat.

L’enfant acquiert d’abord les notions élémentaires de couleurs, de formes, de taille, de volumes, puis il arrive progressivement à des notions plus abstraites de comparaison, de classification, d’ordre…

L’espace  des mathématiques et l’espace langage :

Avec le support du matériel, l’enfant passe par l’expérience concrète ; sa démarche est semblable à celle d’un scientifique : il procède par tâtonnement par une succession d’essais et d’erreurs, avant d’arriver à la découverte. Au lieu d’apprendre par cœur, l’enfant découvre par lui-même et comprend le processus d’une opération. Il n’a alors plus besoin du matériel qui lui servait de support ; il est passé du domaine de l’expérience à celui de la pensée.

Nous proposons également :

  • Un espace pour la géographie, la botanique et la zoologie.

Le rôle de l’éducateur

L’éducateur doit être capable d’observer les différences de rythme de l’enfant, il doit bien connaître chaque enfant en faisant preuve d’attention et de respect.

Il sert de médiateur entre l’enfant et l’outil de travail, entre l’enfant et le groupe.

Il intervient avec justesse et discrétion.

Sa présence n’est pas ressentie comme  celle d’un juge, mais comme d’un être disponible pouvant apporter une aide.